UN SECRET BIEN GARDE !

                                                                                              (Revue FMB)

 

La nouvelle machine belge, malgré la hardiesse de ses conceptions, est une moto utilitaire dans toute l’acceptation du terme et son prix imbattable en fera la vedette des années à venir. Le modèle ici représenté est équipé d’un moteur Gillet. La moto pourra être équipée au choix d’un moteur de l’une des trois marques. Les moteurs F.N. et Saroléa son représentés à part.

La Fédération Motocycliste de Belgique a l’honneur d’annoncer à ses lecteurs une nouvelle sensationnelle, et qui pourrait dans un délai assez réduit influencer fortement et peut-être révolutionner le motocyclisme européen.

Nous disons « honneur » , car c’est la F.M.B. qui a eu la primeur de divulguer cet événement, tenu secret jusqu’à ce jour.

En collaboration étroite, nos trois usines F.N., Gillet et Saroléa, d’une part et les services de la Défense Nationale d’autre part, ont créé une motocyclette susceptible de bouleverser toutes les idées émises jusqu’à présent..

L’étude entreprise il y a dix-huit mois par les bureaux techniques de ces usines et ceux de l’armée a été menée de main de maître. Des milliers de kilomètres ont déjà été parcourus avec les machines d’essais.

Cette moto pourra être équipée, au choix du client, de l’un ou l’autre des trois moteurs nationaux, grâce à la quote-part apportée à la fabrication de cette machine par les trois usines.

Comme vous le constaterez dans les caractéristiques de cet engin ultra-moderne, on s’est efforcé de sortir des sentiers battus, tant pour le mode de fabrication que pour les matériaux employés. C’est ainsi que l’on a fait usage de matières ultra-légères telles que magnésium, élektron, etc… L’emploi de mêmes matériaux et les mêmes procédés de fabrication ont été réalisés, cela bien entendu, tout en gardant aux moteurs leurs caractéristiques personnelles. Grâce à une étude très approfondie de chacun des organes, cette machine sera d’un prix inconnu à ce jour et aura le privilège d’unir le confort à l’élégance, la maniabilité à la robustesse. En voici d’ailleurs la description :
Le moteur de 77 mm d’alésage et de 90 mm de course fait 425 cc de cylindrée. Carter en magnésium coulé sous pression ; cylindre et culasse en élektron ; cylindre billé : ce nouveau mode de rectification permet, grâce à l’écrouissement du métal, d’obtenir un poli lustral et par ce fait l’ovalisation, due à l’usure, est rendue impossible.
Sièges de soupapes en acier au vanadium ; soupapes en magnésium traité spécialement pour résister aux hautes températures. Buselures de carters en fibrotex, matière très résistante et ne demandant qu’une très faible lubrification. Tête et pied de bielle montés sur roulements à aiguilles, type « Nadéla ».
Le piston ne possède que deux segments ; segments dont la partie extérieure est convexe ce qui réduit l’usure du cylindre à zéro et la consommation en huile au minimum.

Pour les moteurs quatre temps tel que F.N. et Saroléa, le carburateur a été spécialement étudié. Ce carburateur que l’on pourrait dénommer à juste titre « Usine à gaz », ne possède pas de flotteur et seule une membrane règle le niveau d’essence. Un diffuseur extensible permet un mélange parfait à tous les régimes. Pour la deux temps « Gillet », l’alimentation se fait au moyen d’un injecteur alimenté par une pompe ; injecteur donnant dans une chambre de surcompression. Nouveauté tout à fait sensationnelle et tout à l’honneur des Ateliers Gillet, grand spécialiste du deux temps. L’allumage se fait par « Delco » alimenté par une batterie sèche au Fero-Nickel. L’automaticité de l’avance à l’allumage est réalisé par
la dépression du moteur, une petite chambre de dépression placée dans le Delco régularise les pulsations (grands inconvénients du monocylindrique).
Ces quelques petits détails particuliers à chaque marque sont les seules modifications apportées aux moteurs de série actuels. Ils donnent une même puissance pour une même consommation, seul le régime varie légèrement.
Le moteur F.N. donne 27 HP à 5800 tours, le Saroléa 27 HP à 5650, et le Gillet 27 HP à 5950 tours. La consommation en essence varie entre 2,8 l et 3,2 l. Sur le circuit  de Francorchamps la consommation a été de 2,8 l à 75 km de moyenne, et de 3,2 l à 100 km de moyenne ; consommation contrôlée sur 600 km. Le trajet de Liège à Paris à 80 km de moyenne a été réalisé avec 2,9 l aux 100 km. Au point de vue consommation huile, pendant un essai de 7.000 km, le niveau du réservoir n’est pas descendu de 1 mm et la température de l’huile a varié entre 32° et 35°.
La machine pouvant être équipée indifféremment de l’un ou l’autre moteur, une transmission a été étudiée tout spécialement. Cette transmission mi-chaîne, mi-cardan possède un changement de vitesse permettant deux rapports. Ces deux rapports ajoutés aux trois vitesses du bloc Gillet, aux quatre vitesses du bloc F.N. et de la boîte Saroléa, permettent tout une combinaison de rapports.

L’arbre de transmission est constitué par un faisceau de quinze fils d’acier de 4 mm de diamètre, ce qui rend la transmission d’une souplesse et d’une douceur incomparable.
La commande de sélecteur se fait par l’intermédiaire d’une pression d’huile agissant sur un piston ; ce qui permet le passage des vitesses sans débrayer. Une simple pression du pied sur une mollette provoque le changement de vitesse.
Mais là où réside toute l’originalité, c’est dans la partie vélo, c’est-à-dire cadre, roue, fourche. La plus grande préoccupation des constructeurs, a été de rechercher la meilleure rigidité possible de façon à avoir     une moto stable et tenant bien la route à toutes les allures. Le cadre se compose de deux pièces : un avant-cadre, ou mieux un châssis, et un arrière-cadre que l’on pourrait dénommer carter. En effet, celui-ci englobe la partie de la roue AR. L’avant-cadre est en tôle de magnésium de 6 mm d’épaisseur et embouti à chaud, toutefois le réservoir (celui-ci coulé) forme une armature-poutre, renforçant ainsi la partie supérieure  de l’avant-cadre. L’arrière-cadre lui, est complètement coulé en magné-  sium. Le carter du couple cônique est venu de fonderie avec cette partie du cadre. La suspension AR a été réalisée d’une manière très originale en ce sens que, l’arrière-cadre est simplement réuni à l’autre par une barre de torsion en acier traité spécialement. On obtient ainsi un débattement de la roue AR beau-coup plus grand que d’habitude (de l’ordre de 14 à 15 cm).

 

La fourche est constituée par un bâti tubulaire, recouvert d’une carapace de tôle en magnésium, incorporant même le phare. Cette fourche est du type à ressort en caoutchouc, et, est munie d’amortisseurs oléo-pneumatiques. Ce système permet une suspension très souple, un grand débattement et une très grande rigidité. Les roues et moyeux, coulés en élektron (elles ne possèdent pas de rayons) forment en somme un disque ajouré. Jante, flasque et moyeux ne forment qu’un. On a logé le frein à l’intérieur du moyeu, de cette façon l’effort dû au freinage ne s’exerce pas sur le côté de la roue. L’effort exercé sur l’arrière-cadre est ainsi équilibré. Le freinage s’opère au moyen de 7 disques, 4 disques en acier et 3 en bronze, le tout baignant dans l’huile contenue dans le corps du moyeu.

 

La fourche, indéréglable, a été particulièrement étudiée pour donner avec
la suspension arrière, un confort réellement parfait.
 
  Cette description sommaire vous donne une idée de cette machine. Grâce aux efforts conjugués de nos constructeurs, elle sera construite en très grande série ce qui amènera le prix de revient à un taux très bas. Cette moto sera livrée au public au prix de 4.500 frs et ce à partir du 15 avril 1939. Un système de vente spécial permettra à tous les agents de Belgique F.N., Gillet et Saroléa, de posséder un stock important de ces machines.
  La présentation de cette nouvelle machine sera faite chez tous les agents F.N., Gillet et Saroléa le jour même où ce bulletin sera distribué à nos membres et nous engageons ceux-ci à aller se rendre compte immédiatement que nous n’exagérons pas en assurant que cette nouvelle moto est vraiment extraordinaire.
  A Liège, la présentation sera faite par le sympathique M. De Bruge, de la F.N., aidé pour la partie technique, par M. Laguesse (Gillet). L’exposition des machines se fera à partir de 15 heures sur la place de l’Yser, en face de chez M. Collon. Celui-ci, à qui nous avons rendu visite récemment, nous a communiqué qu’un important consortium, désireux de lancer une nouvelle marque d’huile fera remettre un bidon gratuit à tous les motocyclistes présents avec leur machine.
  A Gand, la présentation sera faite au Sportpaleis à partir de 15 h, par M. Regout (F.N.) et M. Gérard (Saroléa).
  A Namur, à 15 h, sur la place de la Gare par M. Oirbecq (Gillet), et M. Sermeuse (Saroléa).
  A Charleroi, à 14 h, en face du garage Renier, par M. Donis (Saroléa) et M. Bahon (F.N.).
  A Anvers, en face du Wagner, à 15 h, allocution par M. Brosens.
  A Bruxelles, par M. Gillet et M. Van Hout. Une démonstration de maniabilité sera faite, par trois essayeurs en présence de délégués de l’Etat-Major général de l’Armée, plaine d’Etterbeek (champs des Manœuvres à, à 14 h. Tout motocycliste est invité à faire un essai personnel de la moto.