“ THANK YOU FOR MAKING US DREAM “

                                               “ MERCI DE NOUS FAIRE RÊVER “

                                                                                 
Printemps 2012

Je reçois un mail de Pierre Laumont, de Liège :un australien projette de rallier Brisbane à la Belgique avec une FN 4 cylindres de 1910 !!!!
Cela me laisse perplexe et je m’empresse de consulter le site en question. (www.oldblokeonabike.com)

 

Après avoir découvert le projet je me suis mis à rêver… et s’il y arrivait… on pourrait peut-être le rencontrer ?

Mais au fait, pourquoi un habitant de Melbourne, néo-zélandais de naissance s’intéressait-il à la FN une marque d’origine bien éloignée de sa terre natale ?
Nous sommes dans les années 70 et Ron est à cette époque mécanicien diesel en Australie, il va de ferme en ferme avec un atelier mobile.
Un jour, un de ses clients lui signale qu’il a un cadre avec moteur et réservoir d’une moto belge assez ancienne. Ron étant assez curieux découvre la moto et conclut un accord avec le propriétaire ; il promet que pour les 100 ans de la moto il lui fera revoir son lieu de naissance.
Le propriétaire tombe sans doute sous le charme de Ron dont les yeux pétillent déjà de cette aventure qu’il va réaliser quarante années plus tard et il reçoit le cadre avec moteur et réservoir !!!  Quel cadeau !!! Mais l’aventure commence pour Ron.

Dans les années qui suivirent Ron après avoir recherché les origines de la moto, se renseigna sur la Fabrique Nationale et compléta petit à petit ce merveilleux puzzle.

Je suis toujours admiratif devant ces personnages hors du commun qui vivent différemment et qui ne se contentent pas de rêver. Pour eux rien d’impossible il suffit de vouloir et rien ne semble les arrêter ; ils refusent ce monde virtuel qui nous entoure et veulent vivre leur aventure au jour le jour et non au travers d’une console ou d’une tablette tactile.

Après avoir enfin réussi à remonter cette fabuleuse FN 4 cylindres et passé de nombreuses heures à régler et peaufiner sa moto Ron décide de lui greffer un embrayage. Sans lui pas question de se lancer dans le trafic indien et de réussir à traverser ces agglomérations où la conduite s’apparente bien vite à un véritable gymkhana entre les camions, les autos, les rickshaws, les vélos, les piétons et les animaux en tout genre.

Ron Fellowes a donc embarqué avec sa FN 1910 sur un vol en direction de Katmandu au
Népal en février et  l’aventure commence réellement, au bout de la route là bas à l’ouest il y Herstal et la Fabrique Nationale.

De semaine en semaine, je deviens « accro » de ce merveilleux blog que Lynn met à jour pour relater les péripéties de son époux.

Devenu un aventurier virtuel, je parcours la longue route de l’Himalaya à la plaine du Gange et je traverse Delhi pour repartir vers le Nord de l’Inde et le Pakistan.

Au fil des semaines je suis le périple de  Ron qui ne stresse jamais et qui trouve toujours la solution aux nombreux problèmes que l’on peut rencontrer en parcourant ces contrées sur une machine d’une autre époque.

La route entre le Népal et l’Inde comporte de nombreux cols que Ron dut parfois terminer à pied en poussant sa moto !!! A des altitudes proches des 4000m, l’exercice prend des allures d’exploit !!!

Ron va de rencontre en rencontre et dans ce pays si pauvre il se rend vite compte de la générosité et de l’amitié de ces gens qui n’ont à offrir que leurs sourires et parfois un fruit ou un thé à partager.

A la mi-mars c’est l’entrée au Pakistan et les escortes des policiers locaux !!!
Parfois, cela frôle le ridicule, six escortes en dix-huit kilomètres !!

Fin avril il entre en Iran et sera frappé par la gentillesse des habitants. Ceux-ci sont toujours curieux de savoir ce que l’on pense d’eux en Occident, ils voudraient tant ne pas donner l’image que leur leader se plaît à véhiculer.  
Il retrouve son épouse sur place et décide de s’offrir deux semaines de tourisme en Iran.

Début juin, il passe la frontière turque, c’est le retour vers le monde moderne, la Turquie est un mélange des deux continents et Ron s’offre même du bon temps en Cappadoce qu’il survole en ballon. Son épouse le retrouve à Istanbul pour quelques jours.

Le 7 juillet il arrive en Bulgarie, le 23 juillet il découvre la Roumanie où il participe à un rassemblement de motos à Tundra. Abandonnant sa moto, il profite d’une semaine pour découvrir la Roumanie avec Lynn.

Le 9 aout, c‘est la Hongrie, il passe par Budapest et se dirige vers la Slovaquie, il se rend en Tchéquie et accepte une invitation à un rallye ancêtres en Pologne.
Il redescend à Prague et passe le cap des 1200kms depuis Katmandu.

12 Septembre le voilà en Allemagne où il rejoint son épouse à Stuttgart .

Cela sent l’écurie, Ron arrive à Bernkastel pour le rallye FN organisé chaque année par Dieter Denzer et sa famille.

Vendredi 14 septembre,  nous partons sur la Moselle.

Je me réjouis déjà de pouvoir enfin rencontrer celui qui me fait voyager au travers de ces récits et de ses photos depuis six mois.  
Ils sont bien là tout les trois : Ron, Lynn et Effie.

Effie c’est ainsi que Ron baptisa  sa moto, cela lui paraissait normal de la personnifier un peu et lors des coups de blues il lui parlait et tachait de lui faire entendre raison.

Le comité au complet lui offrit l’apéro et c’est autour d’une bouteille de vin de Moselle que nous avons fait connaissance. Grand moment pour nous tous qui sommes des ardents défenseurs de la moto ancienne, on côtoyait notre maître absolu.
Nous avons remis au nom du club un t’shirt et un écusson émaillé et lui avons proposé de l’héberger lors de ces deux derniers jours de voyage.

Le lundi 17 septembre Ron garait la FN devant chez Bruno et Isabelle Piron à Gouvy, il avait un jour d’avance sur l’horaire mais la moto sentant l’écurie, elle avait avalé les kilomètres avec beaucoup d’entrain. Nous avons passé la soirée à discuter de moto et de l’itinéraire du lendemain.

Mardi matin, Bruno qui avait pris congé pour l’événement partait avec Ron en direction de Bastogne où ils retrouvèrent Pascal pour une visite du Mardasson et le casse-croûte.
Fin d’après-midi je partis à leur rencontre et les retrouvait à l’entrée de Hotton.
Dix minutes après et Ron béquillait la FN devant la maison, pour moi aussi le rêve se réalisait.
Il était là très calme et serein comme si il avait quitté l’Australie la veille !!!

Ron, lui il a franchit tout ces obstacles sans se poser de question, sans assistance, sans GPS, seul face à lui-même avec cette incroyable détermination qui le caractérise. Ce soir il s’arrête chez nous, je l’admire et je l’envie mais rien ne m’empêche de tenter l’aventure moi aussi.

ron1

Tout en dégustant un Orval bien mérité, nous accueillions Roger, Pascal, Roland et Noëlle, Laurent et Françoise, Pol et Patricia, Pierre et Martine qui viennent de Liège avec Lynn.
Luc Scournaux de LVM et son épouse se joignent à nous pour cette petite soirée festive.
Quel bon moment, tous ensembles autour d’un bon plat, on souhaiterait que la vie s’arrête un instant.
Vers onze heures, tout le monde est reparti mais Ron lui n’est pas fatigué.
Avec Pierrette nous lui demandons à quelle heure il se lève et là il nous étonne une nouvelle fois : quatre heures et demi !!! Il nous promet de rester discret mais il a pris l’habitude de se lever tôt lors de la traversée de l’Inde du Pakistan et de l’Iran. En fait il logeait souvent dans sa petite tente le long de la route et le trafic dans ces pays ne s’arrêtant pas longtemps il se remettait en piste à la pointe de l’aube.

Mercredi 19 septembre, après le petit déjeuner avec Roland et Noëlle, il est neuf heures quand nous prenons la route pour la dernière étape.
Ron nous avoue qu’il est comme un enfant le premier jour d’école, ému, excité et curieux mais aussi  que ce n’est pas sans un petit pincement au cœur qu’il sent la fin de l’aventure.

Pierre Laumont nous accompagne et nous partons tout les trois vers Hotton, Barvaux, Bomal et Manhay.
La longue côte du bois du pays est assez pénible pour « Effie » qui surchauffe un peu trop.
Après une demi-heure de pause dans les bois, nous décidons de changer l’itinéraire prévu et de Manhay, nous redescendons vers Aywaille où nous attend Michel Bovy sur une Bovy !!!
Nous nous réchauffons autour d’un petit café à Aywaille et il ne nous reste plus qu’une trentaine de kilomètres avant le but.

ron2

A Esneux, arrêt devant chez Henri Bovy qui nous conduit à la sortie de l’école dont il est directeur, c’est une école primaire et les enfants sont surpris de voir un australien sur une moto belge de 102 ans qui tourne dans leur cour de récréation. !!!
Les enfants se pressent autour de Ron et lui posent tout un tas de questions, Ron qui adore le contact se plie de bonne grâce à cet exercice.

L’arrivée sur Liège est assez périlleuse, la FN n’a plus de frein et nous profitons d’un arrêt au musée des transports en commun à Angleur pour une réparation. Les techniciens du musée  on réaliser une nouvelle pièce en moins d’une heure !!! Ron comprend ce qu’est le savoir faire wallon, voilà sept mois qu’il l’apprécie chaque jour. 

La traversée de Liège se fait sans encombre par les voies rapides et il est quinze heures quand nous arrivons face aux grilles de la Fabrique Nationale.

ron3

Lynn et Martine nous attendent sur place, Ron prend le temps de savourer l’instant, il sait au fond de lui-même qu’il viens de réaliser un exploit peu commun mais il ne laisse pas éclater sa joie, il est comme toujours discret et presque gêné de voir les ouvriers qui viennent de terminer leur pose et qui le félicitent et prennent des photos.

ron4
Ron se tiens un peu à l’écart avec Lynn, il laisse la vedette à « Effie » qui est revenue sur son lieu de naissance, il y a 102 ans…
Il me glisse à l’oreille qu’il ne se rend pas bien compte que c’est fini et déjà il pense à repartir.
En 2013, 2014 peut-être, il continuera vers la France, l’Angleterre et puis la traversée des Etats-Unis. Mais çà c’est une autre histoire.

Le soir, Pierrette, Laurent, Françoise, Paul, Patricia sont venus nous rejoindre et avec nos amis de Liège , nous avons fêté Ron et Lynn autour d’un super boulet-frites.

En rentrant à Verdenne seul en moto je revivais ces derniers jours et je regrettais que cela soit déjà fini.
Ron m’a apporté une joie intense et j’ai cette impression d’avoir eu la chance de croiser quelqu’un d’exceptionnel, la vie est vraiment belle, vive la moto.

Merci à Ron et Lynn.

ron5

Consulter : www.oldblokeonabike.com
  
Les petites citations de Ron :

« No brain, no pain »       “Big mouth, small brain”       “Don’t think, just do it”

NB: Ron et Lynn sont repartis ce 26 octobre pour l’Australie, ils sont occupés à écrire un livre relatant l’aventure. Nous vous tiendrons au courant dés que le livre sera publié.

Claude Hanin